Search This Blog

Showing posts with label Brussels Air Museum. Show all posts
Showing posts with label Brussels Air Museum. Show all posts

2021-08-06

Brussels Air Museum Newsletter août-septembre 2021

Forwarded message - From: Brussels Air Museum Newsletter 


Brussels Air Museum Newsletter août - septembre 2021
Bienvenue dans notre troisième lettre d'information

Vous qui aimez l'aviation et son histoire, qui aimez  "Les Belges à la conquête de l'air", devenez membres de l'AELR.

Dès que votre affiliation sera effective, le Webmaster activera votre accès à l'espace membre et vous recevrez votre carte. Dès lors vous pourrez profiter des avantages proposés à la Société Royale "Les Amis du Musée de l'Air et de l'Espace" asbl.

Vous avez une question en particulier ? Contactez le secrétariat de l'AELR par le biais de l'adresse suivante : secr.aelr@warheritage.be

 

SOMMAIRE :

Deux carrières mises côte à  côte : Pierre de Caters, Guy Derom

Appel à nos lecteurs

En direct du Hall ...


Deux carrières face à face
Voici présentées de concert, ami lecteur, les carrières de deux Belges, deux pilotes, Pierre de Caters (1875 – 1944) et Guy Derom (1923 – 2005).
Pierre de Caters était un civil, un sportsman qui suivait son désir ; il pilota de 1909 à 1911, dans un siècle qui a prolongé son triomphe jusqu'à la Grande Guerre ; il a connu l'éclat de l'Europe, de la Belgique aussi, il a connu les dernières feux de l'orientalisme, ce puissant courant culturel qui depuis plus d'un siècle poussait les Européens vers l'Asie, de l'Afrique du Nord jusqu'au Japon ; il a connu l'apogée des empires et des colonies, il aura surtout connu la fin d'un monde idéalisé plus qu'idéal ; insouciant, il vécut dans une Europe aux portes de la catastrophe.
Ce fut une époque charnière, mais de cela, qui s'en doutait ?
 
Pierre de Caters, titulaire du brevet de l'Aéro-Club de Belgique n°1 du 3 décembre 1909.
(Collection Olieslagers. Centre de documentation du
Brussels Air Museum)
Guy Derom fut aviateur de 1945 à 1971, il a connu la Deuxième Guerre, la Guerre froide, la rébellion Simba au Congo en 1964-1965 et la révolte des mercenaires contre Mobutu en 1967. En 1959, Guy Derom est désigné commandant de la troisième expédition belge en Antarctique. Civil ou militaire, c'était un homme d'engagement, doué du sens du commandement, c'était un professionnel qui partait en mission ; il a vécu dans un monde qui a tout fait pour éviter une nouvelle guerre.
Devant le Tiger Moth, Guy Derom, qualified RAF pilot certificate 24 september 1947.
(Collection Peter Derom)

Pierre de Caters

Il partit pour la Pologne alors sous domination russe. Le 13 novembre 1909, il est le premier aviateur à s'envoler en Pologne.
" Le biplan du système Voisin sur lequel le Baron de Caters fait ses ascensions à Varsovie " - 1909.
(Photo :
Biblioteka Narodowa w Warszawie)

 
Les Belges et les Polonais ? Ils se connaissent : après l'insurrection de 1830, quelques centaines d'officiers polonais se réfugièrent en Belgique, et d'autres encore après les révoltes de 1858 et 1863 ; et pour un Européen cultivé, il y a Chopin, Chopin qui illustre le romantisme, qui « est devenu le mythe fondateur de la Pologne […], une nation éprise de liberté qui aura perdu son indépendance précisément par son amour de la liberté. »
Ensuite, il y eut la départ pour la Turquie. Non : l'empire ottoman, et non pas Istanbul, mais Constantinople !
Pour un Belge, Constantinople commence dans l'Orient-Express, la prestigieuse création de Georges Nagelmackers ; Pierre de Caters arrive dans la capitale le 29 novembre 1909, il prend ses quartiers au Péra Palace, le luxueux hôtel de la même compagnie, et prend l'air quatre jours plus tard, le 3 décembre.
Que se passe-t-il dans ce pays ? C'est la révolution des Jeunes-Turcs du 23 juillet 1908 qui inaugure une série de réforme dans le sens des libertés individuelles.
Pour un Occidental, la Turquie sort de l'obscurantisme.
Lithographie célébrant la révolution Jeunes-Turcs
Mais cela ne va pas durer. Les autorités entament un programme politique de "purification ethnique" afin  de laisser le pays aux seuls Turcs, c'est ce même gouvernement qui provoquera, quelques années plus tard, le génocide des Arméniens.
Les Belges et l'Égypte ? Le 12 décembre 1909, de Caters arrive au Caire ou plutôt, à Héliopolis, la ville sortie des sables au début du XXe siècle par la volonté du baron Édouard Empain.
Pierre de Caters décolle du site trois jours plus tard, le 15.
Photo : DE CATERS, Guy, Baron de Caters (1874-1944) ou la folie des volants,  éd. Guy de Caters, 2010, p. 191.
Ensuite, de Caters part pour la Grèce, le berceau de notre civilisation, nation devenue indépendante en même temps que la Belgique.
Mais tout est confus dans ce pays : en effet, le 28 août 1909 (15 août selon le calendrier julien en vigueur à l'époque) des militaires grecs ont fomenté un coup d'État, c'est le ''Coup de Goudi'' ; victorieux, les insurgés offrent au Crétois  Elefthérios Venizélos (ci-dessous), héros de la lutte contre les Turcs, le poste de premier ministre ; il arrive à Athènes le 28 décembre 1909 (le 15, calendrier julien).
Pierre de Caters arrive à Athènes le 26 décembre en pleine crise politique et… les autorités grecques ont semble-t-il d'autres choses à faire que d'organiser une manifestation sportive, pas de vol à Athènes donc !
Le 3 janvier 1910, de Caters reprend le train pour la Belgique.
Voyez ce journal daté du 25 décembre 1909 (12 décembre en Grèce) :  « L'avion légendaire de monsieur Caters lequel ne décollera pas aujourd'hui. »  ; en 4ème colonne, le quotidien annonce la mort du roi Léopold II, survenue le 17 décembre : « Les répercussions de la mort de Léopold. Scandales et déboires [littéralement : ''complications'']. »
Enfin, le 16 novembre 1910, en compagnie de Jules Tyck, Pierre de Caters s'embarque pour les Indes. Ils y resteront du 2 décembre au 25 février 1911 ; il ne vole plus sur avion Voisin mais sur Aviator.
Outre son attrait politique, l'empire des Indes est paré d'un prestige littéraire, Jules Verne publie Le tour du monde en quatre-vingts jours en 1873 et The Jungle Book parait en 1894, Rudyard Kipling reçoit le prix Nobel de littérature le 10 décembre 1910.
Au Tollygunge Club de Calcuta, le 28 Décembre 1910. Pierre de Caters est le deuxième assis, à partir de la gauche.
Guy de Caters précise dans 100 Years Ago : Flying in India : " In fact, my grand-father, Baron de Caters (1875-1944), brought two "AVIATOR" biplanes to India (Bombay) in spare parts packed in huge wooden containers. These aeroplanes were not French-made FARMAN types, but rather were constructed in Belgium by the AVIATOR Company in Antwerp in Autumn 1910."

Pour la petite histoire, le Voisin – de Caters exposé dans le hall de l'aviation est une reconstruction réalisée à partir d'une réplique de Voisin-Farman pour le Musée de l'Air français et, en 1974, l'équipe de Jean Salis s'en inspire pour fabriquer le « Dabert », avion fictif  utilisé dans le feuilleton Les faucheurs de marguerites.

En 1977, à la suite d'un échange, ce qui reste du « Dabert » arrive à Bruxelles, il est stocké et se dégrade. La restauration en « Voisin - de Caters n° IV »  commence en 1998 mais seule la nacelle est récupérable ; par bonheur, un moteur original E.N.V. et une hélice ayant appartenu à la famille de Caters étaient disponibles dans les réserves du musée ; l'inauguration a eu lieu le 28 novembre 2008.

(Photo Didier De Broux)

Guy Derom

Tout commence en 1941, à cette époque Guy Derom étudie les Sciences à Louvain. À dix-huit ans, il refuse de voir son pays occupé et s'engage dans la résistance, il y devient officier de l'Organisation Militaire Belge. À la Libération, sa première vocation s'affirme : il sera aviateur. En mars 1945, Guy Derom s'enrôle dans la RAF comme volontaire de guerre et obtient son brevet de pilote le 24 septembre 1947.
La carte d'identité militaire de Guy Derom à la Section Belge de la RAF
(Photo AELR)
En cette même année, Il entre à la toute jeune Force Aérienne Belge, et connait les dernières heures des Spitfire puis inaugure les nouveaux jets, Meteor d'abord, Hunter ensuite.
Guy Derom devant le Spit XIV.
(Collection Peter Derom)
Beauvechain 24 août 1950, des pilotes du 350 Sqn attendent le passage du prince royal ; le quatrième à partir de la droite est le Lt. Guy Derom.
(Collection Peter Derom)
1955 : sur Hawker Hunter.
(Collection Peter Derom)
De 1947 à 1962, il acquiert une série de compétences remarquables : officier d'éducation, Fighter Leader, Air Defence Course (UK), devient breveté d'état-major, il parle quatre langues et enseigne dans les deux langues nationales à l'École de Guerre, commandant du 5 Wing, Chief Planning Officer of the NATO Air Defence Belgian Sector, chargé de cours aux candidats-majors à l'Ecole d'Officiers de la Force Aérienne. Il terminera sa carrière militaire avec le grade de lieutenant-colonel aviateur BEM.

Cependant, cela ne signifie pas, loin de là, le ''départ à la retraite''. De 1955 à  1959, il devient Aviation Manager of the Belgian Shell, en particulier dans les domaines des contrats civils et militaires, des contrôles de qualité, de la planification à long terme, &c. ; on l'a vu encore participer à l'épreuve anniversaire commémorant le vol historique de Louis Blériot.
(Ci-dessous, Collection Peter Derom)
Le 22 novembre 1959, Guy Derom est désigné commandant de la troisième Expédition Belge en Antarctique ; c'est au cours de cette expédition que sont découverts les monts Reine Fabiola, le 7 octobre 1960.
(L'Antarctique. Une présence belge, un projet soutenu depuis 1987 par La Défense !, Bruxelles, Musée royal de l'Armée et d'Histoire militaire, 2016, p. 28 et 29.)
Deux superbes clichés du DHC-3 "OTTER".
Ci-dessus, durant la nuit polaire.
Ci-dessous, après cinq mois à l'extérieur, sa forme aérodynamique l'a préservé d'un enneigement complet. 
(Collection Peter Derom)
Il prendra d'autres initiatives au cours de son curriculum tels que meetings en Tipsy-Nipper, ou encore le convoyage en solo d'un Dragon Rapide d'Europe vers le Congo via le Nil.
Guy Derom a piloté nombre d'avions qui sont à présent représentés au Brussels Air Museum : les DH Otter, Tiger Moth, Dragon Rapide, Tipsy-Nipper, le Douglas DC 3 ; en plus de la remise en état, à l'époque, des moteurs d'avion lors de son emploi à la section moteurs de la FN.
Au cours des activités spécifiquement aériennes, tant à la Cobelmin-Congo (1965 - 1967) qu'au sein de Mobil Oil-Congo, Guy Derom suivait de manière assez précise ce qui se passait dans la région de l'est du Congo et a pu se rendre utile en diverses occasions.


Ainsi, en mars 1965, alors que certains civils belges s'étaient engagés, à la demande des autorités congolaises, comme volontaires-soldats (Codoki - Commandos du Kivu), Guy Derom accompagné d'un autre pilote, lesquels à cette période opéraient en avion petit porteur dans cette région, ont de leur côté été sollicités pour un sauvetage aérien d'urgence en brousse.
Le 20 mars 1965, les Piper Aztec et Piper Apache ont atterri sur une piste de brousse à Kitutu pour y rapatrier deux volontaires Codoki qui avaient été pris en embuscade. Après un vol de 45 minutes, les blessés sont arrivés à Kamembe (Rwanda) pour être soignés à l'hôpital de Bukavu (Congo).
Un exceptionnel cliché des avions « Commandos du Kivu » le 20 mars 1965 à Kituku.
(Photo Codoki - Commandos du Kivu )
"Dans la forêt vierge du Maniema, après les vagues d'horreur de la rébellion muléliste, il faut rendre à la population dévastée des moyens de survie, il faut de toute urgence ré-équiper et approvisionner les centres miniers.
Là où des véhicules mettent plusieurs semaines pour atteindre certains centres, Guy Derom inaugure un réseau aérien en bimoteur Piper Aztec C, joignant ainsi, depuis la région des hauts volcans du Kivu, les camps les plus éloignés en 1 heure 15 minutes de vol seulement."
(Récit de Guy Derom)
Jean Schramme était un colon belge qui participa à la sécession du Katanga en juillet 1960, une aventure qui ne dura que deux ans. Après cet épisode, Jean Schramme se mit au service du général Mobutu, nouveau président du Congo au terme du coup d'État de 1965.
Mais le 5 juillet 1967, les hommes de Jean Schramme, à ce moment en conflit avec les plus hautes autorités du pays, attaquent simultanément  les villes de Kisangani, Kidu et Bukavu dans l'est du Congo. De manière immédiate, les autorités congolaises interdisent strictement tout vol d'avions civils qui opèrent normalement dans cette riche région du pays.
Jean Schramme.
Dans ces circonstances très particulières et avec l'assentiment des autorités aéronautiques, Guy Derom a été sollicité de continuer à opérer l'Aztec (9Q-CMO) de la société Mobil Oil durant les mois de juillet et août 1967 et ce principalement au départ de l'aéroport de Kamembe. Plus de cinquante vols ont ainsi été exécutés à l'extérieur du Congo, à la demande de plusieurs autorités gouvernementales, militaires et diplomatiques.
Le Piper Aztec 9Q-CMO à Kamembe, Rwanda.
(Collection Peter Derom)
Guy Derom au Congo devant son Piper Aztec.
(Photo prise par un journaliste du Soir)
En 1970, il est pilote pour la société Mobil Oil Libya, on peut lire cette autre relation  :
" Désert de Libye… Chaleur torride, plus de 50°… Vent de sable… 
En avion DHC Beaver, Guy Derom relie les champs pétrolifères d'Ama, Hofra, El Dib, Ora, Dor Morada et les installations maritimes de Ras Lanuf. La navigation est sans problème à condition que la tempête de sable n'élimine pas toute visibilité le long des pipe-lines. Aussi faudra-t-il ravitailler les équipes isolées, rechercher une Land-Rover égarée après un ghibli, le vent de sable du désert libyen, dépanner un camion ensablé dans un wadi de Cyrénaïque ou encore récupérer un blessé grave dans une oasis perdue. "
Dans le désert de Libye
(Collection Peter Derom)

En guise de conclusion
Quels liens entre ces deux hommes, et leurs actes, si différents ? Quels liens entre leurs époques, si différentes  ? La réponse est simple : ce sont toutes ces différences.
L'Histoire naît du jeu des relations et des correspondances, cet article a essayé de montrer qui étaient ces hommes dans leurs époque et les situer, chacun comme acteur de l'histoire.

Tous nos remerciements à Monsieur Peter Derom pour ses photos, sa documentation et ses conseils.
Appel à nos membres
Amis lecteurs, vous êtes nombreux à conserver dans vos tiroirs et dans votre mémoire des objets, des archives, voire le souvenir d'une aventure vécue par vous-mêmes ou par un membre de votre famille.
Chaque histoire personnelle,- quelle qu'elle soit,- est un morceau de notre grande Histoire aéronautique.
C'est dans cet esprit que nous serions heureux de publier les récits et les documents qu'il vous plaira de nous faire part.
En direct du Hall ...

Le Sky Café est à nouveau ouvert depuis le 29 juin !


Dans l'Atelier
 
La restauration du Voisin avance à grands pas ; d'un côté le neuf cylindres Salmson quand il était encore dans son berceau, de l'autre, les pièces du berceau restaurées, en arrière-plan,  les réservoirs d'huile (au-dessus) et d'essence.
(Photos AELR)
Ci-dessus, le moteur Salmson attend sa restauration.
Ci-dessous, un brossage fait déjà apparaître la brillance du cuivre.
Quant au L.V.G., sa restauration progresse : l'équipe du samedi fournit ici un travail splendide, l'avion sera pus beau qu'à l'origine !
Les roues en bois (ci-dessous à gauche) ne servaient qu'au déplacement de l'appareil au sol,- le caoutchouc se faisait rare à la fin de la guerre,- mais jamais au grand jamais elles n'ont servi aux décollages et aux atterrissages, contrairement à une légende qui eut la vie dure...
Michel Hansotte, Hugues Rimaux et Philippe Levecq travaillent le jeudi à restaurer le moteur JUNKERS JUMO 205 DIESEL.
Le 19 juin dernier, au terme de l'assemblée générale, notre président Philippe Doppagne a présenté sa démission après cinq années d'exercice. Qu'il trouve ici l'expression de notre gratitude pour son travail et son dévouement.
Modélistes, admirez les magnifiques productions de
Magic Scale Modelling
dans :
https://www.magicscalemodeling.com/
Le site AVIATION.BRUSSELS est une librairie en ligne spécialisée dans l'aéronautique.
Achat de collections, vente de livres d'aviation en tout genre, revues, romans et fictions, objets d'art, maquettes, &c. et un blog dans lequel des passionnés partagent leurs découvertes.
Au shop du Musée

Prix promotionnel de
20 €
pour le catalogue, ou
19 €
sur présentation du ticket d'entrée
https://fr-fr.facebook.com/brumusair/
YouTube
Société Royale "Les Amis du Musée de l'Air et de l'Espace" asbl
Numéro d'entreprise 0450.150.076
3 Parc du Cinquantenaire
B-1000 Bruxelles
Our mailing address is :







Philippe Larose · Rue Du Bois 10 · Voroux-Goreux · Fexhe-Le-Haut-Clocher 4347 · Belgium

Email Marketing Powered by Mailchimp